Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2016

Victor Jara, un chant inachevé

 

2016-03-17 18.38.19.jpg2016-03-17 16.44.02.jpg2016-03-17 16.44.18.jpg2016-03-17 18.38.52.jpg2016-03-17 18.43.07.jpg2016-03-17 18.39.14.jpg

 

C'est à travers le récit de sa femme que nous découvrons la vie et l'oeuvre de Victor Jara, chanteur chilien engagé et militant, emprisonné et torturé par les militaires lors du coup d'état du 11 septembre 1973. Il rédige pourtant son ultime chanson. Les vers inachevés ne sont que douleur : « Nous sommes cinq mille ici (...) Qui souffrent la faim, le froid, la panique, la douleur / La pression morale, la terreur et la folie (...) Chant, tu résonnes si mal quand je dois chanter l’épouvante », parvient-il à rédiger sur un maigre bout de papier. Les doigts tranchés, le corps criblé d'une quarantaine de balles, le 15 septembre 1973, le coup de grâce fut un tir dans sa nuque alors qu'il se trouvait à terre... La voix de celui qui accompagna tout un peuple durant l’expérience unique de l’Unité Populaire au Chili résonne encore aujourd'hui avec ses chants et mélodies symboliques.

Victor Jara - A Luis Emilio Recabarren  (Pongo en tus manos abiertas - 1969)

Victor Jara - Zamba del Che  (Pongo en tus manos abiertas - 1969)

 

62333951.jpg
 Pongo en tus manos abiertas... (1969)

 

 

Les commentaires sont fermés.