Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2013

Nagisa Oshima (1932 - 2013)

 

1976-abe-sada-nagisa-oshima.jpg

Nagisa Oshima, le réalisateur de l'Empire des Sens (1976) et de Furyo (1983) est décédé le 15 janvier dernier. Pour la petite histoire, Duduche en pinçait pour moi, moi pas, je le voyais juste comme un super pote, une histoire classique et banale comme il y en a tant d'autres. On décide un soir d'aller se faire une toile dans notre petit cinéma de quartier, j'avais 18 ans, au programme l'Empire des Sens, au guichet on me demande ma carte d'identité, surprise, car ne sachant absolument pas de quoi retournait ce film pourtant sorti quelques années auparavant, et encore moins qu'il était interdit à l'époque aux moins de 16 ans (apparemment je ne les faisais pas). Voilà en quoi cette petite histoire banale est devenue la pire honte de ma vie, assise à côté de Duduche amoureux de moi, devant une passion charnelle érotique extrême... Bref pendant toute la durée du film je ne me suis jamais sentie aussi génée, raide comme un piquet dans mon siège, n'osant même plus respirer de peur que Duduche interprète un quelconque souffle de ma part pour du plaisir. Puis arrive la scène fatidique où, pour éterniser l'ardeur de son amant, Abe Sada l'étrangle pendant l'acte sexuel et lui coupe le sexe, à cet instant-là je me suis juste vue vomir sur Duduche, je me suis retenue...

En sortant de la salle obscure, on a essayé de sortir 2-3 conneries l'histoire de détendre l'atmosphère et de se donner l'air d'être imperméable à ce qui venait de se passer sous nos yeux, mais ne soyons pas dupes, pour moi comme pour lui je pense, on avait juste envie de passer rapidement à autre chose. Je n'avais jamais revu ce film jusqu'à ce lundi soir sur arte pour enfin prendre conscience que mon traumatisme refoulé était devenu bien anecdotique.

 

Commentaires

Jamais eu l'occasion de le voir mais à vous lire je le regrette...L'anecdote est drôle : on a toutes vécu ce genre de situation gênante !

Écrit par : Rosa | 16/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.