Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2011

La pochette la plus drôle de l'histoire du jazz

 

Monk.JPG

L’année de sa sortie, en 1968, cet album a reçu un Grammy Award pour la meilleure pochette de disque ! Et quelle couverture, Thelonious Monk y est montré comme un membre de la FFI ayant capturé un officier SS. Les quelques notes explicatives de cette pochette,  nous apprennent que le lieu est celui de l’appartement de Monk, transformé pour l’occasion en planque secrète dans laquelle s’accumulent des bouteilles de pinard, des objets faisant référence à la Seconde Guerre Mondiale (comme les appareils de transmission, le portrait du Général De Gaulle et les armes présentes) et à la lutte pour la liberté (au vu de la figure féminine en fond de tableau comme une réminiscence de la liberté guidant le peuple de Delacroix). Le terme « Underground » selon Gil McKean, l’auteur de ces notes explicatives, fait le lien entre la Résistance et l’histoire personnelle de Thelonious Monk lorsqu’au Minton’s Playhouse il a contribué à la naissance du bebop avec l’underground du jazz de l’époque.

 

Commentaires

t'as raison elle est géniale, vraiment...on a envie d'explorer, de fouiller...

Écrit par : marcel pixel | 30/01/2011

Répondre à ce commentaire

C'est le genre de pochette où tu peux tester ton sens de l'observation, un de ces bazar !! vraiment incroyable ne ressemblant absolument pas aux pochettes de jazz habituelles, et Monk en résistant ça le fait !

Écrit par : POP @ marcel pixel | 31/01/2011

Répondre à ce commentaire

Tu dis ça parce qu'il est inscrit "Vive la France" sur le mur? ;-)

Très belle pochette, en effet, pour une musique qui m'est toujours difficile d'aborder

SysT

Écrit par : Systool | 01/02/2011

Répondre à ce commentaire

Oui c'est ça Vive la Farce, Vive la RaiePublique ! ;-)
Même si parfois je ne me reconnais pas toujours en la France, j'ai conscience d'avoir la chance d'être née au bon endroit, tout le monde ne peut pas en dire autant malheureusement...
Plus sérieusement, le "Vive la France" sur le mur parmi les autres indices, montre l'attachement de Monk pour la cause du peuple français pendant la seconde guerre mondiale. Il paraît même qu'au début du conflit, alors que les américains restaient encore indifférents à ce qui se passait de l'autre côté de l'Atlantique, Monk de son côté portait un béret avec l'insigne FFI et criait dans les rues "France Libre, France Libre !" afin que les américains prennent conscience du drame que vivaient les européens. Un personnage vraiment hors du commun !
Maintenant pour ce qui est de la musique de Monk, Chet Baker qualifiait le musicien de "Roi de la dissonnance" et je peux comprendre que tout le monde n'adhère pas, ce qui n'empêche que c'était une grosse pointure.
J'aime bien aussi la pochette du solo Monk de 1965 chez Columbia Records.
http://ecx.images-amazon.com/images/I/515OiBf0v1L._SS500_.jpg

Écrit par : POP @ SysTool | 01/02/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.